Visage

"Un lifting réussi, c'est 8 à 10 ans de gagnés sur le temps"

Les injections volumatrices, qui donnent d'excellents résultats, vont permettre de retarder le vieillissement facial qui commence au tiers moyen du visage (le geste que l'on fait devant un miroir pour le corriger en tirant la région malaire - les pommettes - vers le haut).
À un moment, différent pour chacun, au fur et à mesure de la vie, d'événements particuliers, l'ovale du visage se casse et le cou se relâche (apparition de bajoues, fanons au niveau du cou). C'est là qu'un lifting mesuré prend toute sa place, quand les injections volumatrices ne suffisent plus à corriger l'affaissement, en particulier du bas du visage. C'est lui qui va assurer les fondations d'un rajeunissement facial, qui sera ultérieurement entretenu par des méthodes non chirurgicales (injections, traitement de surface de la peau).
Il n'existe pas un lifting, mais des liftings, adaptés à chaque cas.

L'intervention doit aboutir à un aspect naturel et harmonieux, jamais un aspect figé : vous remettre dans l'état où vous étiez il y a une dizaine d'années ; à ce titre des photos antérieures sont importantes pour en parler avec vous.

Un certain degré d'empâtement cervical, s'il existe, sera toujours traité dans le même temps, par lipoaspiration pour redonner au cou sa sveltesse.
On pourra associer au lifting un allègement des paupières supérieures, traiter des poches palpébrales inférieures qui donnent au regard un aspect fatigué, associer aussi un traitement de surface de la peau par un peeling per opératoire pour lisser les fines ridules qui ne sont pas corrigées par le lifting.
L'utilisation des injections volumatrices, si nécessaire (lipostructure), permet de regalber les zones "déshabitées" de graisse et d'obtenir ainsi un aspect plus reposé et détendu du visage.
Il s'agit d'alléger, de dégraisser là où c'est nécessaire (bajoues, cou) et de redonner des reliefs perdus si le tiers moyen du visage montre des signes d'affaissement (pommettes, région sous orbitaire en particulier).

Un nettoyage de peau aura été fait une dizaine de jours avant l'intervention, et si une teinture capillaire est utilisée, elle sera faite avant l'intervention.
Toute prise d'aspirine aura été arrêtée 15 jours avant la chirurgie.
L'admission en clinique a lieu le matin même de l'intervention, à jeun.
L'anesthésie est soit générale, soit une sédation intraveineuse profonde.
Les incisions sont dissimulées dans les cheveux, à l'intérieur de l'oreille et dans le sillon rétro auriculaire.
Le décollement cutané est ensuite effectué avec minutie, avec remise soigneuse en tension des plans profonds, pour permettre le redrapage de la peau excédentaire sans aucune tension.
Un pansement moulant est appliqué en fin d'intervention. Il sera défait le lendemain matin.

Les suites sont très peu douloureuses, une sensation de tension est souvent perçue, ainsi qu'une insensibilité temporaire autour des oreilles et des joues sans conséquences.
Les nouvelles techniques de dissection, qui épargnent le réseau vasculaire sous dermique, permettent de limiter le plus souvent les ecchymoses post opératoires, et la réaction oedémateuse (gonflement) est modérée.
Un shampoing doux est le plus souvent possible dès l'ablation du pansement, et la sortie de l'établissement se fait le lendemain matin de l'intervention.

Les consignes post opératoires sont simples mais strictes :

Les soins locaux sont très simples : application deux fois par jour d'une solution antiseptique sur les sutures qui sont laissées à l'air, et shampoings doux autorisés à la demande (une teinture ne sera appliquée qu'un mois après l'intervention).

L'éviction sociale à prévoir est d'une quinzaine de jours : les sutures auront été retirées au 8ème et 15ème jours au cabinet.

Les complications sont rares : la plus commune est l'hématome, d'où l'importance des précautions énumérées plus haut. La nécrose (atteinte vasculaire de la peau) doit être évitée par un décollement attentif, l'absence de tension sur les sutures (le tabac est proscrit). Les atteintes nerveuses avec gêne à la mobilité de la bouche sont exceptionnelles quand l'acte a été réalisé avec expérience et minutie.

Un lifting réussi doit donner au visage un aspect détendu, reposé, en forme, en respectant son expression et sa spontanéité, jamais un aspect figé.

Exemples de lifting



Dr Philippe Vial | Chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice | 12, avenue d'Eylau | 75116 Paris | 01 42 27 24 42